LE BLOG 

Comment devenir performant en natation ?  

3 choses que vous ne saviez pas sur la natation d’endurance

Mis à jour : 11 mars 2020

Beaucoup associent la nage d’endurance à la douleur et à la fatigue. Cependant sa popularité est croissante. De nombreux nageurs pratique la natation d’endurance sous forme de triathlon, de swim&run ou bien de traversée en eau libre.


La plupart des nageurs seraient probablement d’accord pour dire que ces épreuves sont difficiles. D'une part, il n'y a pas de pause et d’autre part une grande force mentale est nécessaire pour terminer les épreuves en un minimum de temps.



Voici trois idées fausses sur la natation d’endurance :


1. Vous n’atteignez pas la fatigue maximale !


La fatigue est multifactorielle.

La fatigue de la nage est due à une augmentation du coût énergétique et à une modification des paramètres biomécaniques. En dépit des discussions fréquentes sur les facteurs physiologiques influant sur la fatigue, des facteurs psychologiques peuvent également nuire à votre performance en natation.

Par exemple, lorsque vous nagez pendant une période de temps prolongée, l’évaluation de l’effort perçu augmente. Lorsqu'un athlète effectue une nouvelle distance à la nage, une stimulation est créée. L’analyse de difficulté de la course serait principalement due à deux facteurs psychologiques : la motivation potentielle (MP) et l’effort perçu (EP).


Une étude récente a analysé les effets d'un essai chronométrique de 25 km sur les nageurs internationaux et a révélé un effort perçu significativement plus élevé, mais pas une fatigue maximale pendant la nage. Pour la plupart des nageurs, vous n’atteignez pas un effort maximal lors de la nage d’endurance !


2. Vous n'avez pas faim !


La faim, comme la fatigue, est un sujet compliqué. On pourrait s'attendre à ce qu'un nageur ait faim lors d'une course d'endurance en raison du nombre de calories brûlées. Cette dépense calorique élevée crée un bilan énergétique négatif. Pourtant, lors d’une course de 25 km, les nageurs ne signalent pas leur faim ! En effet la production de leptine (hormone de la satiété) est réduite dû à l'effort prolongé .


Malgré le manque de faim, la consommation de calories est primordiale pour l’entraînement d’endurance. Par exemple, si un nageur d’endurance ne consomme pas de calorie, il peut manquer d’énergie pour une performance maximale.

Maintenant, les nageurs n’ont pas besoin de manger, ils peuvent simplement boire un liquide contenant des calories.


3. La trajectoire des mains ne change pas !


Une étude a noté aucun changement dans le trajet de la main des nageurs lors d'une course d’endurance. Cela n’implique pas qu’ils utilisent une biomécanique spécifique à une course mais qu’ils se verrouillent dans un modèle de nage qui ne change pas de forme. Chaque nageur garde la même technique de nage tout au long de sa course d’où l’importance d’avoir une technique de nage efficace !



Nous espérons que cet article vous a plu.

L'équipe Swimcamps.

www.swimcamps.fr

96 vues0 commentaire
swimcamps_Training_for-success.png
  • Facebook
  • Instagram
  • YouTube

Toulouse

Hendaye

Seignosse

Marseille

LIENS UTILES

CONTACTS

Assistance membres